Les membres internes exclus du CA

Nous reproduisons ci-dessous un communiqué du Syndicat des étudiant-e-s employé-e-s de l’UQAM (SÉTUE) diffusé hier, le 19 mars:

«Un CA sans les internes : un premier aperçu de la gouvernance à la sauce Courchesne

Nous avons appris en début d’après-midi que le bureau de direction de l’UQAM avait convoqué un CA spécial sur la convention du SPUQ. Rien de surprenant jusque là. Cependant, quelle ne fut pas la surprise de la communauté uqamienne de constater que pour la première fois en 40 ans d’existence, l’UQAM se basait sur un règlement obscur du réseau UQ pour exclure d’office tous les représentants syndiqués de la communauté interne de l’UQAM : professeur-e-s, chargé-e-s de cours, employé-e-s étudiant-e-s, employé-e-s de soutien.

Notre représentant non-votant au CA, le président du SÉtuE Éric Demers, s’est fait servir une explication des plus étonnantes pour justifier cette expulsion temporaire : « Nous commençons à appliquer le projet de loi sur la gouvernance de Courchesne ».

Rappelons que ledit projet de loi prévoit d’exclure entièrement les membres internes du CA pour cause de « conflit d’intérêt ». Les représentants patronaux, eux, semblent être les garants de la transparence universitaire ! Il faut avoir la mémoire bien courte pour ne pas se rappeler que ce sont ces mêmes représentants externes qui avaient adopté aveuglément les projets immobiliers de Roch Denis alors que les professeur-e-s et étudiant-e-s étaient les seul-e-s à lever le drapeau rouge en 2005-2006.

Claude Corbo semble être résolu à aseptiser l’UQAM pour son 40ième anniversaire.»

http://www.setue.org

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :